Toarcien

(Aude)

 

Ravinements Toarcien

Toarcien dans les vignes

 

Dans le Toarcien : la séquence de comblement observée semble également unique (alors que l'on dénombre trois cycles eustatiques dans le même intervalle) et montre l'évolution progressive de marnes noires à Hildoceras (zone à Bifrons, Variabilis, Thouarsense) constituant un intervalle transgressif vers le célèbre intervalle condensé appelé "Marnes et marnos-calcaires lumachelliques à Gryphaea sublobata" (zone à aalensis, unité j1 in B.peybernès, 1976). On notera que la limite entre Domèrien et Toarcien se marque par une importante discontinuité (hard ground pouvant être corrélé avec la discontinuité à 186,5 Ma) jalonnant la lacune de la base du Toarcien (Zones à tenuicostatum et à Falciferum) qui indique la période de vacuité du bassin liasique. carte Géologique au 1/80 000, Quillan (254)

 

 

Les textes et commentaires de cette page sont issus de la thése de Philippe fauré : Le Lias des Pyrénées

Atlas du laboratoire de géologie sédimentaire et paléontologie de l'université Paul-Sabatier, Toulouse.

Strata, sérieII, vol. 39 761p.,356fig.,25pl. 2002

 

 

Genre : Perilytoceras (Rulleau 1997)

Perilytoceras est un Lytoceratidae moyennement évolute, à section relativement comprimée, triangulaire ou subtrapézoïdale, à moules internes entièrement lisses et ne présentant aucune constriction. Les sutures sont généralement peu découpées. Ce genre se cantonne au Toarcien supérieur (de la zone à thouarsense à la base de la zone à aalensis). [Rulleau]

Sous-famille : Alocolytoceratinae (Spath 1927)

Famille : Lytoceratidae (Neumayr 1875)

Super-famille : Lytoceratoidea (Neumayr 1875)

Sous-ordre : Lytoceratina (Hyatt 1889)

 

 

18cm

Perilytoceras gr perlaevis

(Denckmann)

Ce Perilytoceras, premier représentant du genre se démarque nettement de P. jurense par la forme de sa section, triangulaire et plus comprimée. Un rebord ombilical bien exprimé surplombe une aire ombilicale verticale, haute, et un ombilic profond. Les flancs sont aplatis et l'aire siphonale étroite. L'enroulement, généralement assez lâche, est très variable, certains individus présentant des tours particulièrement recouvrants.

L'espèce est abondante dans la partie supérieur de la sous-zone à Thouarsense des Corbières où elle cohabite avec G.thouarsense et P. pseudostruckmanni.

 

 

 

Genre : Hildoceras (Hyatt 1867)

Section quadrangulaire ; ordinairement avec un fort sillon mi-latéral ; costulation atténuée ou absente dans la partie interne des flancs, forte, falcoïde et rétroverse dans la partie externe ; carène ventrale entourée de deux sillons très nets.

Sous-famille : Hildoceratinae (Hyatt 1867)

Famille : Hildoceratidae (HYATT 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

3cm

Hildoceras bifrons

(Bruguieres 1789)

Microconche

6.2cm

Hildoceras bifrons

 

 

 

 

Genre : Harpoceras (Waagen 1869

Genre involute et comprimé ; bord ombilical aigu, surplombant une carène creuse et élevée ; cotes simples et falculiformes. Les microconques et les jeunes macroconques sont ornés de cotes subfasciculées, peu flexueuses ; ils sont pourvus d'un bord ombilical arrondi et d'une paroi ombilicale convexe. La suture cloisonnaire, richement découpée, présente une selle externe caractéristique, profondément entaillée par un lobe accessoire aussi développé que le lobe externe.

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

4.4cm

Harpoceras falciferum

(Sowerby, 1820)

Harpoceras plus involute que H.serpentinum. Il s'en distingue aussi par une retombée ombilicale sous cavée et par son flanc plan, dépourvu de dépréssion, ou d'ondulation latérale.

 

 

 

Sous-genre : Maconiceras

 

Microconque des Harpoceras

Ces ammonites, autrefois classées dans plusieurs espèces sont aujourd'hui classées comme microconches de H. subplanatum.Comme les Harpoceras, elles présentent beaucoup de variations au niveau de l'importance de l'ombilic et dans la forme et la densité de la costulation. Synonymes : Harpoceratoïdes serotinum, H. connectens, H. lympharum.

 

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

2.2cm

Harpoceras (Maconiceras) soloniacense

(Lissajous in Howarth, 1992)

L'espèce est plus involute que H.falciferum. Elle s"en distingue aussi par ses tours plus hauts et plus comprimés et par sa costulation plus fine et plus irrégulière sur les tours internes. La paroi ombilicale est verticale et il existe fréquemment une dépression latérale au point d'inflection des côtes. cette forme est abondante à la base de la sous-zone à Bifrons (horizon à Apertum).

Remarque : H. soloniacense (Lissajous, 1906, p.28, pl. 1, fig. 14) est une forme de petite taille, vraisemblable microconque de cette espèce, mais aussi des H.subplanatum plus récents. Elle est placée par J.Gabilly dans le sous-genre Maconiceras (figuré pl. 13, fig. 8). Son assimilation aux figuration de Howarth devrait être reconsidérée.

2.5cm

Harpoceras (Maconiceras) soloniacense

1.7cm

Harpoceras (Maconiceras) soloniacense

 

 

 

 

Genre : Osperlioceras (Krimholtz 1963)

Dérive des Harpoceras par accélération ontogénétique affectant divers caractères (costulation, section, sutures cloisonnaires) associée à une diminution de taille. Evolue ensuite par paedomorphose. Harpoceratinae comprimé essentiellement oxycône à ventre tronqué d’allure tectiforme. La costulation est fine, généralement dense, falciforme à sigmoïde. Les sutures cloisonnaires sont très découpées et imbriquées.Parfois orthographié Osperlioceras. (H.Chatelier)

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

6.4cm

O.(Pseudopolyplectus) bicarinatum

(Zienten)

Osperlioceras involute, à section comprimée et aire ventrale tectiforme. Le flanc est aplatie et orné de côtes sigmoïdes fines, régulières. L'espèce est très abondante dans les Corbières orientales depuis la partie sommitale de la sous-zone à Bifrons à la sous-zone à Thouarsense. Son maximum de fréquense se situe dans la zone à variabilis.

 

 

 

Genre : Osperlioceras (Krimholtz 1963)

Dérive des Harpoceras par accélération ontogénétique affectant divers caractères (costulation, section, sutures cloisonnaires) associée à une diminution de taille. Evolue ensuite par paedomorphose. Harpoceratinae comprimé essentiellement oxycône à ventre tronqué d’allure tectiforme. La costulation est fine, généralement dense, falciforme à sigmoïde. Les sutures cloisonnaires sont très découpées et imbriquées.Parfois orthographié Osperlioceras. (H.Chatelier)

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

3.5cm

O. (Osperlioceras) rivierense

(Monestier)

L' espéce succède stratigraphiquement à O.bicarenatum à partir de la partie supérieur de la sous-zone à Fallaciosum. Elle ne s'en distingue que par ses flancs plus bombés et sa costulation évanescente, souvent polyfurquée sur la portion supérieur des flancs. L'aire ventrale est moins nettement tectiforme.

 

 

 

 

Genre : Pseudolioceras (Buckman 1889)

Dérive d’Harpoceras. Plus involute qu’Harpoceras. Mur ombilical vertical, sous-cavé ou évasé. Section comprimée à flancs convergents. Carène creuse élevée. Côtes simples, falcoïdes à falciformes, souvent faibles, striées ou absentes sur la moitié interne du flanc et fortes sur la partie externe, droites et rursiradiées à légèrement incurvées vers l’avant, terminées sur le rebord ventral ou brusquement projetées en avant vers la carène. Sutures moins imbriquées que chez Osperleioceras. (H.Chatelier)

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

2.6cm

Pseudolioceras lythense

(Young & Bird, 1828)

Pseudolioceras de la partie inférieure de la sous-zone à Bifrons, à section elliptique comprimée, flancs aplatis et aire siphonale étroite, arrondie. la costulation, fine, est bien marquée sur toute la hauteur du flanc.

 

 

 

Genre : Pseudolioceras (Buckman 1889)

Dérive d’Harpoceras. Plus involute qu’Harpoceras. Mur ombilical vertical, sous-cavé ou évasé. Section comprimée à flancs convergents. Carène creuse élevée. Côtes simples, falcoïdes à falciformes, souvent faibles, striées ou absentes sur la moitié interne du flanc et fortes sur la partie externe, droites et rursiradiées à légèrement incurvées vers l’avant, terminées sur le rebord ventral ou brusquement projetées en avant vers la carène. Sutures moins imbriquées que chez Osperleioceras. (H.Chatelier)

Sous-famille : Harpoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

3.5cm

Pseudolioceras boulbiense

(Young & Bird in Buckman, 1910)

Espèce provenant du Toarcien supérieur. L'ombilic est plus fermé et la section plus pincée que chez P. lythense. Les flancs bombés convergent vers une aire ventrale plus ou moins tectiforme. La costulation n'intéresse que la partie supérieure des flancs, sa partie inférieur étant lisse.

 

 

 

Genre : Grammoceras (HYATT 1867)

 

Dérivent des Pseudogrammoceras du groupe de doerntense. Ce sont des Grammoceratinae évolutes, comprimés, de section ovale et sutures cloisonnaires très peu incisées. Les côtes sont grêles et peu flexueuses, plus étroites que les espaces inter-costaux. La carène est ouverte. [Rulleau]

 

Sous-famille : Grammoceratinae (Buckman 1904)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

2.4cm

Grammoceras thouarse

(D'Orbigny)

Sous-zone à Thouarse.

(Calvados)

Ce Grammoceras est abondant dans tout le domaine pyrénéen, en particulier dans la "Dalle à Grammoceras", niveau de condensation qui marque le sommet de la sous-zone à Thouarsense où il accompagne Pseudogrammoceras gr. differens-pseudostruckmanni.

L'enroulement est moyennement involute. La costulation est très variable. Les côtes sont généralement fortes, régulières et flexueuses. Le rebord ombilical est inexistant.

 

 

 

Genre : Pseudogrammoceras (Buckman, 1901)

Genre souche des Grammoceratinae, issu des Haugia. Regroupe des formes comprimées, généralement assez largement ombiliquées. La carène est creuse et les côtes sont flexueuses et plus larges que les espaces inter-costaux. Le bord ombilical est le plus souvent assez nettement marqué. [Rulleau]

Sous-famille : Grammoceratinae (Buckman, 1904)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt, 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt, 1867)

 

 

5.2cm

Pseudogrammoceras bingmanni

(Deckman)

Toarcien supérieur, zone à Thouarsense, sous-zone à Bingmanni.

Enroulement moyennement évolute, une section elliptique, une caréne forte bordée par deux méplats ou deux sillons et une costulation fine et flexueuse fortement infléchie vers l'avant au niveau du bord ventral. (P.Fauré)

 

 

 

 

2.9cm

Pseudogrammoceras muelleri

(Denckmann)

Ce Pseudogrammoceras de petite taille se distingue de P.bingmanni par l'allure de sa costulation. Les côtes, très flexueuses, présentent un segment latéral nettement rétroverse; Une fasciculation confuse est fréquente sur les tours internes.

 

 

 

Genre : Denckmannia (Buckman 1898)

Evolutes à modérément involutes. Section d’abord épaisse et quadratique devenant ovale au delà du 6ème tour. Tubercules péri-ombilicaux généralement grossiers et plus ou lins réguliers, se prolongeant vers l’extérieur au delà du bord ombilical. Côtes fortes subflexiradiées et sensiblement versiradiées. Les macroconques adultes comportent 7 à 8 tours. [Gabilly]

Sous-famille : Phymatoceratinae (Hyatt 1867)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

2.5cm

Denckmannia gr rudis

(Simpson)

Denckmannia caractérisé par sa section trapézoïdale déprimée, son aire siphonale pourvue de deux sillons. Sa costulation est plus lâche et plus vigoureuse que celle des D. gr pustulosa-malagma.

 

 

 

Genre : Denckmannia (Buckman 1898)

Evolutes à modérément involutes. Section d’abord épaisse et quadratique devenant ovale au delà du 6ème tour. Tubercules péri-ombilicaux généralement grossiers et plus ou lins réguliers, se prolongeant vers l’extérieur au delà du bord ombilical. Côtes fortes subflexiradiées et sensiblement versiradiées. Les macroconques adultes comportent 7 à 8 tours. [Gabilly]

Sous-famille : Phymatoceratinae (Hyatt 1867)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

3.2cm

Denckmannia tumefacta

(Buckman, 1898)

Se distingue des précédentes par la section nettement quadrangulaire et ses côtes fortes., radiales,presque droites, fasciculées à partir d'un vigoureux tubercule peri-ombilical. L'espèce est signalée dans la sous-zone à Illustris (J.Gabilly, 1976)

 

 

 

Genre : Denckmannia (Buckman 1898)

Evolutes à modérément involutes. Section d’abord épaisse et quadratique devenant ovale au delà du 6ème tour. Tubercules péri-ombilicaux généralement grossiers et plus ou lins réguliers, se prolongeant vers l’extérieur au delà du bord ombilical. Côtes fortes subflexiradiées et sensiblement versiradiées. Les macroconques adultes comportent 7 à 8 tours. [Gabilly]

Sous-famille : Phymatoceratinae (Hyatt 1867)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

3.8cm

Denckmannia gr pustulosa

(Quenstedt)

 

 

 

Genre : Septimaniceras (Fauré 2002)

Petits Dactylioceratidae endémiques aux Causses et au Languedoc, auparavant attribués au genre Collina, qui est téthysien et plus récent. Certains sont microconques des Nodicoeloceras, d’autres descendent probablement de Porpoceras. Coquille évolute, comprimée, entièrement tuberculée, généralement de petite taille. Tours peu recouvrants, à section cadicône dans le stade juvénile devenant quadratique chez l’adulte. Côtes primaires alternativement fibulées, bifurquées ou simples. Ornementation secondaire légèrement proverse. Contrairement aux Collina, l’ornementation est non gemmoïde et il n’y a pas de crête ventrale.[Fauré, 2002]

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

1.4cm

Septimaniceras zitelli

(Oppel 1862) (M)

Descendant probable de Porpoceras. Petite taille. Tours peu recouvrants et comprimés. Section trapézoïdale. Flanc convexe incliné sur un large ombilic. Ventre plat et lisse. Tours internes ornés de tubercules latéro-ventraux espacés. Loge d’habitation du microconque ornée de côtes fines. Section du macroconque s’élargissant un peu. Ventre devenant convexe. Côtes fines, une paire fibulée par un gros tubercule latéro-ventral étant séparée par 3 côtes simples, bifurquées ou non sur un tubercule. [Fauré]

 

 

 

 

Sous-genre : Orthodactylites (Buckman 1926)

Sous-genre caractérisé par la coexistence de côtes simples et de côtes bifurquées

Genre : Dactylioceras (Hyatt 1867)

Formes serpenticônes à section ovoïde ou arrondie, sans tubercules latéraux. Côtes bifurquées et, en partie, simples, traversant le ventre, éventuellement avec un léger sinus vers l’avant.

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

1.7cm

Dactylioceras (Orthodactylites) semicelatum

(Simpson)

Ce dactylioceras apparaît en abondance dans la totalité du domaine pyrénéen où il marque le sommet de la zone à Tenuicostatum. Il s'agit d'une forme semi-involute à section elliptique, costulation fine, non tuberculée, constituée d'une alternance decôtes radiales annulaires et de côtes bifurquées. D.(o). tenuicostatum est plus évolute et sa costulation est plus dense. Les tours internes de D.(O.) clevelandicum portent une tuberculisation plus marquée.

 

 

 

Genre : Catacoeloceras (Buckman 1923)

Tours déprimés, coroniformes au moins dans les premiers tours ; cotes bifurquées, parfois simples ; tubercules ventro-latéraux absent ou présents à certains stades

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

2.1cm

Catacoeloceras jordani

(Guex)

(Aveyron)

Catacoeloceras à tours large, subrectangulaires, ombilic moyennement profond, flancs convexes et aire ventrale peu bombée. Il se démarque des autres cataoeloceras par sa costulation fine et tranchante légérement flexueuse sur les flancs.

 

 

 

Genre : Catacoeloceras (Buckman 1923)

Tours déprimés, coroniformes au moins dans les premiers tours ; cotes bifurquées, parfois simples ; tubercules ventro-latéraux absent ou présents à certains stades

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

2.2cm

Catacoeloceras raquinianum

(D'Orbigny)

(Aveyron)

C. raquinianum se distingue , essentiellement, par la forme de sa section moins déprimée à tous les stades de l'ontogénèse et par son ombilic moins profond. Son ornementation latérale est aussi plus rigide. (Joly)

 

 

 

Genre : Catacoeloceras (Buckman 1923)

Tours déprimés, coroniformes au moins dans les premiers tours ; cotes bifurquées, parfois simples ; tubercules ventro-latéraux absent ou présents à certains stades

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

2.2cm

Catacoeloceras confectum

(Buckman)

Catacoeloceras à enroulement cadicône, section trapézoïdale très déprimée, flanc étroit légèrement convexe, en pente sur un ombilic profond. l'aire ventrale est le plus souvent très bombée. Les côtes primaires sont fortes et tranchantes. (Joly)

 

 

Genre : Mucrodactylites (Buckman 1927)

Ensemble de très petites formes, comprimées, microconque probables des Catacoeloceras dont ils ont la costulation latérale. Les Mucrodactylites ont souvent été rapprochés des Collina , genre spécifiquement téthysien. (Rulleau)

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

2.1cm

Mucrodactylites clapierensis

(Guex)

(Monestier : horizon X à XII)

(Aveyron)

Espèce moyennement comprimée, à section subquadrangulaire, flancs et aire ventrale légèrement bombés séparés par un arrondi ventro-latéral bien marqué. la costulation, fine et tranchante, est identique dans son style et sa densité à celle de catacoeloceras jordani, espèce contemporaine, dont elle peut constituer le microconque (J.Guex, 1973)

 

 

 

Genre : Mucrodactylites (Buckman 1927)

Ensemble de très petites formes, comprimées, microconque probables des Catacoeloceras dont ils ont la costulation latérale. Les Mucrodactylites ont souvent été rapprochés des Collina , genre spécifiquement téthysien. (Rulleau)

Sous-famille : Dactylioceratinae (Hyatt 1913)

Famille : Dactylioceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Eoderocerataceae (Spath 1929)

 

 

2.4cm

Mucrodactylites mucronatus

(D'Orbigny)

Cette espèce de la sous-zone à Variabilis est facilement reconnaissable grâce à sa coquille comprimée, dépourvue de rebord ventro-latéral. Sur son aire ventrale aplanie, très étroite, les côtes dessinent un chevron proverse bien marqué. Elles sont parfois interrompues au niveau du siphon. L'ornementation latérale est faite de fortes côtes, droites, espacées, dont l'allure rappelle celle de Catacoeloceras raquinianum, "espèce" qui en constitue le très vraisemblablement macroconque (j.Guex, 1970)

 

 

 

 

Genre : Brodieia (Buckman, 1898)

Formes microconques des Haugia et Denckmannia de la zone à variabilis. 4 à 5 tours de spire. Côtes secondaires flexueuses et fasciculées, se raccordant à des côtes internes assez courtes. Ces dernières peuvent devenir tuberculiformes sur le dernier tour. Le test s’épaissit au niveau du péristome. Celui-ci présente souvent une courte languette latérale. L’aire siphonale, plus ou moins large suivant les espèces, est dépourvue de véritables sillons péricarénaux. La carène est ouverte. [Gabilly 1976]

Sous-famille : Phymatoceratinae (Hyatt 1867)

Famille : Hildoceratidae (Hyatt 1867)

Super-famille : Hildoceratoidea (Hyatt 1867)

 

 

 

2cm

Brodieia lehmanni

(Guex, 1972)

Se distingue de P. primaria par ses tours plus épais, ses flancs arrondis et sa costulation plus fortement rétroverse.

 

 

 

 

Genre : Calliphylloceras (Spath 1927)

Genre peu fréquent en Europe du nord-ouest, bien que plus commun que Phylloceras. Caractérisé par des sillons visibles sur le moule interne, auquels peuvent correspondre des bourrelets sur la moitié ventrale du test. [Rulleau d’après Joly] La coquille est involute, assez comprimée, ornée de costules du type du genre Phylloceras [Joly]

Sous-famille : Calliphylloceratinae (Spath 1927)

Famille : Phylloceratidae (Zittel 1884)

Super-famille : Phylloceratoidea (Zittel 1884)

Sous-ordre : Phylloceratina (Arkell 1950)

 

1.5cm

Calliphyllocera nilssoni

(Hebert)

Calliphyllocera nilssoni est une forme toarcienne à coquille involute et comprimée, caractérisée par des sillons radiaux périodiques. L' espèce est présente dans les seules Corbières, dans la partie inférieure de la sous-zone à Bifrons.

 

 

 

Genre : Lytoceras (Suess 1865)

Ammonites évolutes atteignant de grandes tailles, à tours ovales, circulaires ou encore subquadratiques portant souvent des constrictions périodiques. Les côtes sont fines, serrées, plus ou moins fortes, souvent crénulées et parfois bifurquées sur les flancs. [Meister] Le groupe caractéristique des "Fimbriati" se reconnaît à son ornementation interrompue par des collerettes péristomales et parfois complétée par des stries longitudinales donnant un aspect réticulé. [Rulleau]

Sous-famille : Lytoceratinae (Neumayr 1875)

Famille : Lytoceratidae (Neumayr 1875)

Super-famille : Lytoceratoidea (Neumayr 1875)

Sous-ordre : Lytoceratina (Hyatt 1889)

 

 

3.2cm

Lytoceras cornucopia rhodanica

(Young& Bird)

Ce Lytoceras toarcien présente une coquille serpenticône, une section circulaire ou légèrement comprimée, ornée comme L. fimbriatum, de crénulation et de constrictions péristomales concentriques. Il s'en distingue par la croissance plus rapides des tours et par l'allure rétroverse de sa costulation latérale. l'espèce est assez abondante dans la partie moyenne de la zone à Bifrons (horizons à Apertum et à Bifrons) des Corbières orientales. Elle n'est pas observée dans les Pyrénées occidentales et méridionales.